Création des apprenties-artistes emmailleuses !

par guerin.

Émaillage d’art au lycée.

Les ateliers d’émaillage du mercredi après-midi ont permis à une quinzaine de jeunes internes de découvrir l’art de l’émail. L’émail est une poudre de cristal que l’on dépose sur une feuille de cuivre et que l’on cuit à 850°C. Les participants aux ateliers ont choisi comme support de création le bijou. Chaque séance a commencé par la découverte d’un artiste ou d’un joaillier d’art.

• Le premier apprentissage a été celui du métal. Les jeunes ont découvert comment découper la feuille de cuivre (à la « cisaille » ou à la scie « bocfil ») et comment percer et emboutir des pièces dans le dé de bijoutier pour les mettre en forme.

Exemple de travail préparatoire sur feuille de cuivre

• Une fois que la pièce de métal est prête, place à l’émaillage !

Chaque poudre à sa couleur
Elle peut être opaque ou transparente.

Le petit four à émaux que nous utilisons.

• La poudre est posée à sec ou bien mouillée avec une spatule ou un pinceau, c’est la technique du « plein émail »

Collier réalisé par Laura Bracelet réalisé par Camille

• Pour une finition impeccable, une peinture vitrifiée est posée à la plume sur l’émail. C’est « l’émaillage de finition »

Les motifs noirs des colliers de Gaby sont réalisés en émail de finition.

• Une fois la technique de base de l’émaillage à peu prés maîtrisée, d’autres techniques ont été abordées, par exemple « la basse-taille » Un émail transparent est déposé sur un cuivre gravé en amont.

Le collier de Laura en basse-taille

• Les techniques de « volumes et d’ajouts de matières » ont aussi été abordées. L’émail peut se présenter sous forme de « cailloux » non broyés ou sous forme de fils, ce qui crée du volume sur les pièces.

Le collier de Marie

• Ensuite, place à la recherche et à l’expérimentation ! Des effets de matières peuvent être obtenus par des temps de cuisson plus longs, des poudrages plus légers, etc. Ces techniques, non maîtrisables, créent la surprise à chaque sortie du four, c’est la magie de l’émail.

Toute recherche commence par des tests préalables afin de découvrir comment l’émail va réagir.

Les bagues de Fanny et Clémence

Le bracelet de Léa

Durant ces ateliers, une grande place est laissée à la création, la recherche et l’expérimentation. Le but étant d’aller vers sa propre parole créative. Les bases techniques sont bien entendues nécessaires mais une fois celles-ci assimilées, il faut se les approprier pour proposer des créations uniques et originales. Mon but est de les guider techniquement et d’élargir leur savoir afin d’avoir de plus en plus de moyens pour s’exprimer. La découverte d’artistes et de joailliers d’art permet de nourrir sa propre création mais aussi sa culture de cet art méconnu.

Iris Harivel